jeudi 29 avril 2010

Vengeance tardive … (8 et fin)

suite… L'avocat est venu hier. Antoine n'attend pas de visite aujourd'hui, pourtant le gardien le conduit à la salle des visites. À peine la porte ouverte, il est surpris. Elle est là. Elle a toujours son regard triste, meurtri. Cependant une étincelle nouvelle brille dans le coin de ses yeux. - Sofia que fais-tu là? - Te dire merci, te demander pardon. - De quoi veux-tu parler? - Tu as fait ce que je n'ai pas eu le courage de faire. Te demander pardon de t'avoir abandonné, alors que tu es la seule... [Lire la suite]
Posté par PierreDelphin à 06:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

mercredi 28 avril 2010

Vengeance tardive … (7)

suite… Lorsqu'Antoine entre dans la salle des visites, Régis Brot est assis de dos. Au bruit de la porte, il se lève, se tourne avec un sourire triste. - Désolé de vous revoir dans de telles circonstances. - Merci d'être venu. Antoine s'assied en face de lui, et attend en silence. Même si ce silence ne dure que quelques secondes, il est lourd, angoissant. Leurs regards se jugent, se jaugent, sans traces d’amitié. Dans leurs yeux seulement du respect et de la confiance. - Antoine, vous ne gagnerez rien... [Lire la suite]
Posté par PierreDelphin à 06:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
mardi 27 avril 2010

Vengeance tardive … (6)

suite… Guidé par les policiers, Antoine s'est assis devant le bureau de la juge. Elle rentre, le salue d’un geste de tête, s'assied. Il remarque la perle irisée qui pend au bout de la chaîne fine et qui orne son cou dans l’espace de peau claire que découvre son vêtement. Elle enchaîne aussitôt: - Bien Monsieur Canton, me donnerez-vous plus d'explications aujourd'hui? - Je ne pense pas que cela soit nécessaire. - Mais en vous comportant ainsi, vous allez considérablement alourdir votre peine. -... [Lire la suite]
Posté par PierreDelphin à 06:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
lundi 26 avril 2010

Vengeance tardive … (5)

suite… Le voyage a été long, pénible. Antoine est presque heureux d’être arrivé dans sa cellule. C’est une très vieille prison, une solution d’attente pour trouver une autre place lui a dit le convoyeur. Il est seul, c’est à peine propre. Peu importe, il s’allonge sur le matelas en repoussant le drap et les couvertures pilées sur le lit. Cette sorte de paillasse est suffisante pour contenir son corps qui contient sa pensée. Sa pensée qui se concrétise par une image, celle du visage de Sofia qui s’impose à lui... [Lire la suite]
Posté par PierreDelphin à 07:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
dimanche 25 avril 2010

Vengeance tardive … (4)

suite… Ce sont les bruits de bavardage qui l’ont réveillé. Un agent bedonnant à la face pleine de gentillesse lui apporte un gobelet de café en lui disant sur le ton de la confidence : - C’est tout ce que je peux vous offrir, nous ne sommes pas encore très au point en ce qui concerne l’hôtellerie ! Vous avez tué le notaire. C’est moche ce que vous avez fait, même si ce n’était pas un type bien. Puis d’une voix plus posée : - Vous allez chez le juge dans un quart d’heure. … En entrant dans le bureau, il... [Lire la suite]
Posté par PierreDelphin à 14:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 24 avril 2010

Vengeance tardive …(3)

suite… La cellule du commissariat est froide, malodorante. Un poivrot a dû se dégriser ici récemment en laissant des effluves de vin de mauvaise qualité. Un matelas habillé d’une feuille plastique sur un banc de béton constitue l’ameublement. Un WC dans le coin, Antoine va pisser, grimace de douleur, ses coliques néphrétiques le reprennent. Il est allongé, sa vessie le brûle, mais sa tête est sereine, libérée. Il n’a pas envie de parler aux flics, aux juges ou à d’autres. Il estime n’avoir à se justifier par... [Lire la suite]
Posté par PierreDelphin à 07:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
vendredi 23 avril 2010

Vengeance tardive … (2)

suite.. Assis devant un bureau,Antoine Canton attend. Il est seul dans la pièce, mais il sent le regard des deux agents qui pèse sur sa nuque. Il ne bouge pas, tend seulement la main pour saisir une revue sur la police pour passer le temps. Un homme trapu pousse la porte, entre et pose sa veste et son chapeau au crochet contre le mur. Il a le visage d’un homme fâché d’avoir dû quitter sa quiétude familiale. Il grogne plus qu’il ne tousse pour mettre en route ses cordes vocales. Il prend une feuille blanche et un stylo... [Lire la suite]
Posté par PierreDelphin à 12:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 22 avril 2010

Vengeance tardive …(1)

Le ciel de pleine lune est lumineux en cette fin septembre. La rue Émile Ginot s’étire le long de ses villas confortables. Le style béarnais s’est installé là au bord de la ville. Jean Brincourt a vérifié sa montre en entendant les 11 coups de la cathédrale de Pau. Il avance d’un bon pas pour regagner son pavillon. Il a un peu peur, compte tenu des événements de ces dernières semaines, mais la rue est tranquille et la personne qui arrive en sens inverse paraît bien inoffensive. Levant la tête, il a un regard vers les étoiles, perdu... [Lire la suite]
Posté par PierreDelphin à 19:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
mercredi 21 avril 2010

Promenade en forêt

Depuis deux heures nous marchions dans cette forêt profonde. Allan qui marchait en tête ouvrait le passage à grands coups de catanier, cette grande serpe tranchante comme rasoir offerte par un sofhite lors d'un voyage en Arabie. Nous venions d’entrer dans l’inshandis, cette sorte de forêt humide, parfois marécageuse. Les insectes devenaient gênants, particulièrement les harreux qui nous laissaient des piqûres cuisantes derrière les oreilles. Dérangés par notre passage, deux wacapatous quittèrent leur nid posé au ras du... [Lire la suite]
Posté par PierreDelphin à 17:36 - - Commentaires [4] - Permalien [#]