dimanche 30 septembre 2012

J’aurai aimé

  J’aurai aimé avec toi Partager ce grand émoi Vivre ce grand amour Qui rime avec toujours   J’aurai aimé vieillir Dans la douceur des choses Comme on vient cueillir Les plus belles roses.   J’aurai aimé chanter Une romance le matin Et dans mon cœur effacer La dernière trace de chagrin.   J’aurai aimé rester Dans les méandres de la vie Mais tu m’as repoussé Aux limites de la vie.   © Pierre Delphin – septembre 2012    
Posté par PierreDelphin à 19:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

mercredi 29 août 2012

Pour tuer un ami…

  Pour tuer un ami Il faut beaucoup d’amour. Venant de l’infini Et qui dure pour toujours   Pour le plus rapide Utilisez le browning. C’est vite concluant Mais c’est très bruyant.   Pour le plus long, Utilisez le poison. Alors, mine de rien, Il meurt dans son jardin.   Pour le plus classique, Utilisez la corde. Évidement c’est pratique Et ne provoque pas de désordre.   Pour le plus beau, Utilisez la noyade. La tête dans le lavabo Attention à la dernière ruade.   Pour le plus... [Lire la suite]
Posté par PierreDelphin à 21:45 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
samedi 25 août 2012

Indifférence et ingérence

  L’un Toi mon ami, je vois bien que tu es en souci. Je vois bien que tu es triste. Je vois bien que tu souffres. Je voudrais pouvoir t’aider. L’autre M’aider ? Mais, personne ne peut m’aider. S’il te plait, parlons d’autre chose. L’un Parler d’autre chose ! Mais comment puis-je accepter d’être impassible ? Comment puis-je rester dans l’indifférence et le silence avec un ami ? L’autre Et alors ! Mes soucis, mes tristesses ne sont pas les tiennes. Alors laisse-moi avec ce qui m’appartient. L’un ... [Lire la suite]
Posté par PierreDelphin à 10:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
jeudi 16 août 2012

Le jardinier de Communay

  Le jardinier de Communay, son chapeau australien sur son crâne, Vit une belle histoire végétale. Depuis peu, sans cesse, de sa bêche, pastorale Son jardin a surgi de son imagination Et petit à petit, les fruits de sa passion Ont poussé sur les allées de son inspiration.   Le jardinier de Communay, son chapeau australien sur son crâne, Va de sillon en sillon voir percer sous la mousse Du vert ici, là des cailloux, et des tas d'autres pousses Qui jaillissent ici, là, en toute impunité Il arrache chaque herbe... [Lire la suite]
Posté par PierreDelphin à 21:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
mercredi 9 mai 2012

Évaporation

      La lumière du jour passe timidement entre les volets mi-clos de la chambre. Paul est allongé sur le lit posé sur son dos douloureux. Ses yeux sont presque fermés dans cette période de semi sommeil où les rêves deviennent pensées, où les pensées deviennent projets pour meubler le temps et l’espace de cette journée. Mais cette journée qu’il anticipe sera sans grande imagination, pareille à celle d’hier, prélude à l’identique du lendemain. Lorsqu’il lève son corps pour lui redonner lentement une position... [Lire la suite]
Posté par PierreDelphin à 21:41 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
jeudi 26 avril 2012

Les roses fleurissent aussi en automne

     Lundi matin Dans un petit bistrot, « L’Estaminet », rue du Dauphin à Lyon. Tables de marbre blanc, simples. Émile le barman va d’un client à l’autre, attentif. La radio, en sourdine, diffuse des chansonnettes anciennes. Yves Duteil chante « Mélancolie » Lui Sur le coin de sa table usée par le temps, son double café fume. Il rêve en écrivant quelques mots sur son carnet en moleskine noire. Un début de poème flotte sous sa plume : - Quand dans mes bras tu viens - Là contre moi blottie,... [Lire la suite]
Posté par PierreDelphin à 19:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

mercredi 11 avril 2012

J'aime le froid

  J’aime le froid qui givre tes cils. J’aime le froid qui pose ses diamants de glace sur la mèche qui glisse de ton bonnet. J’aime le froid qui rosit les pommes d’amour de tes joues. J’aime le froid qui sublime l’éclat de tes yeux. J’aime le froid quand tu tends la mitaine qui protège ta main. J’aime le froid quand ta main se glisse dans ma poche. J’aime le froid quand tes lèvres cherchent les miennes pour partager un effluve de chaleur le temps d’un : Je t’aime. J’aime le froid quand ta main presse ma nuque pour m’offrir... [Lire la suite]
Posté par PierreDelphin à 10:54 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
mardi 27 mars 2012

Nos amies les bêtes

    «Myope comme une taupe», «rusé comme un renard» «serrés comme des sardines»... les termes empruntés au monde animal ne se retrouvent pas seulement dans les fables de La Fontaine, ils sont partout. La preuve : que vous soyez fier comme un coq, fort comme un bœuf, têtu comme un âne, malin comme un singe ou simplement un chaud lapin, vous êtes tous, un jour ou l'autre, devenu chèvre pour une caille aux yeux de biche. Vous arrivez à votre premier rendez-vous fier comme un paon et frais comme un gardon et là, ... pas un... [Lire la suite]
Posté par PierreDelphin à 07:22 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
vendredi 23 mars 2012

Non rencontre

  La lumière est douce ce matin sur l’allée de la gare. Un rai de lumière se faufile entre deux nuages gris pour venir se poser sur les feuilles des platanes. Le vert du feuillage s’est dissipé dans les brumes de l’automne pour faire place à une furtive couleur de bronze doré qui brille ce matin comme un adieu au bel été. Antoine aime ce moment du jour où la vie se renouvelle. Sa respiration est forte comme pour mettre en réserve cet oxygène frais du matin. Il est heureux. Heureux de partir à la ville retrouver son groupe... [Lire la suite]
Posté par PierreDelphin à 08:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
mercredi 14 mars 2012

J’aime le soleil

  J’aime le soleil quand ses rayons tricotent les boucles blondes de tes cheveux. J’aime le soleil quand il pose des étoiles de lumière sur le velours de ton épaule. J’aime le soleil qui colore ton teint pain d’épice. J’aime le soleil qui chauffe ta nuque et la perle de rosée. J’aime le soleil qui te rend belle. J’aime le soleil qui illumine notre chemin. Ce chemin où des amis nous accompagnent. Ce chemin où des amis se sont arrêtés sur le banc confortable, le temps de laisser le temps, le temps de réfléchir et d’oublier. Ce... [Lire la suite]
Posté par PierreDelphin à 07:45 - - Commentaires [4] - Permalien [#]